Banks, mourant, cible l’Israël

BDS (Boycott, Désinvestissement & Sanctions) est un mouvement citoyen comparable en tous points à celui qui a grandement contribué à la fin de l’apartheid en Afrique du Sud. Mais BDS cible l’Israël. Les médias l’évoquent, ponctuellement, depuis un an ou deux, alors qu’il a été créé il y a huit ans déjà, suite à un appel des Palestiniens en juillet 2005. Si je m’y suis inscrit – enfin et assez tardivement – c’est grâce à un article d’Iain Banks dans le Guardian l’autre jour. Banks est un écrivain écossais que j’admire et qui avait annoncé, quelques jours auparavant, qu’il lui reste moins d’un an à vivre. Dans son article, il expliquait pourquoi il avait décidé de ne plus permettre la publication de ses livres en Israël. Il l’expliquait fort bien d’ailleurs, et je ne serais pas étonné de voir d’autres auteurs adopter la même démarche. Il se peut que BDS soit sur le point de prendre de l’ampleur. Je l’espère en tous cas, car il va bien falloir qu’Israël, qui se vante de partager les valeurs des nations civilisées mais en réalité n’en fait qu’à sa tête, cesse de faire fi des conventions internationales.

(Voir aussi “Moins cher que le gaz lacrymogène“)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *