Climat : la bonne nouvelle…

…c’est que, partout dans le monde, des initiatives publiques et/ou privées démontrent que la transition vers les énergies renouve-lables est déjà en marche. En plus, les recherches scientifiques vont bon train vers de nouvelles technologies, plus prometteuses les unes que les autres. Mais l’immobilisme politique reste de mise et l’industrie des énergies fossiles ne bouge pas d’un iota.

J’ai rassemblé quelques liens vers des articles où l’on peut lire — une fois n’est pas coutume — des nouvelles qui suscitent l’espoir et l’émerveillement. Hélas, tout est en anglais. Mes commentaires vous en donnent chaque fois l’essentiel.

 

http://www.theguardian.com/environment/2014/oct/08/fossil-fuel-divestment-a-brief-history

C’est tout un symbole qui tombe : les descendants du grand Mr Rockefeller lui-même se sont débarrassés de leurs derniers investissements dans l’industrie des énergies fossiles. Mondiale-ment, le phénomène du désinvestissement prend de l’élan. Le taux d’inscription auprès de Fossil Free a doublé depuis le début de 2014. Même le Conseil œcuménique des Églises suit le mouvement. Le modèle de ce qui constitue un investissement légitime est en voie de changer.


http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/10/11/la-lecon-d-arnold-schwarzenegger-aux-climatosceptiques_4504679_3244.html :

Nous n’avons attendu personne. Ni le gouvernement fédéral ni un accord international pour agir. La Californie affiche une efficacité énergétique 40 % supérieure à celle de Etats-Unis. Ce qui signifie que si le pays avait suivi notre chemin, nous pourrions nous passer de 75 % des centrales à charbon.

C’est Arnold Schwarzenegger qui vous le dit !


http://www.washingtonpost.com/blogs/innovations/wp/2014/09/19/the-coming-era-of-unlimited-and-free-clean-energy/?tid=pm_national_pop

Dans les années 80, le cabinet McKinsey & Company notait que les téléphones portables étaient lourds, que la durée de vie des batteries était courte, l’accès aux réseaux limité et le prix par minute exorbitant. Il envisageait un marché total de 900.000 unités dans les 20 ans et a conseillé à AT&T de s’en retirer. […] En 2000 il existait plus de 100 millions de télé-phones portables et aujourd’hui il y en a des milliards.

L’énergie solaire connaîtra une croissance comparable. Depuis 30 ans, elle double tous les deux ans. Il suffirait d’encore six double-ments pour qu’elle réponde à 100% du besoin énergétique mondial.


http://climatecrocks.com/2014/10/06/energiewende-how-following-germanys-example-can-save-the-us-energy-system-create-jobs-and-grow-the-economy/

En Allemagne, la transition vers les énergies renouvelables avance à vitesse grand V depuis une dizaine d’années et fait mentir ses critiques dans le secteur des énergies fossiles. Alors qu’aux USA le discours politique est dominé par les fossiles du lobbying, l’Allemagne poursuit son chemin avec une détermination tranquille et les résultats surprennent tout le monde : un taux de chômage très bas (surtout parmi les jeunes) et un excédent budgétaire. Le pays a même pu abolir les frais d’inscription universitaire qui sont un fardeau écrasant pour les étudiants aux USA et ailleurs.


http://www.sciencedaily.com/releases/2014/10/141003064336.htm

Est-ce une cellule solaire ? Ou une batterie rechargeable ? En fait, il s’agit des deux. Des scientifiques à la Ohio State University ont inventé la première batterie solaire.

Issu de la nanotechnologie et basé sur un panneau solaire en tulle de titane, le processus permettra un réduction des coûts du photo-voltaïque d’environ 25%.


http://www.sciencedaily.com/releases/2014/09/140925141232.htm

Une équipe à l’Ecole Polytechnique de Lausanne a développé un procédé qui convertit 12,3% de la lumière du soleil directement en hydrogène, une performance que l’on n’hésite pas à qualifier de « spectaculaire ». Qui plus est, ce procédé élimine le besoin de métaux dits « de terres rares » (ex. : platine).


http://climatecrocks.com/2014/09/30/business-runs-from-denial-to-acknowledging-climate-change/

La marche pour le climat, qui a vu 300.000 personnes descendre dans les rues de New-York, fut à la fois un catalyseur et l’indicateur d’un changement tectonique au niveau de la conscience publique. Le déni climatique est en voie de transition : bientôt il ne sera plus acceptable en tant que position “alternative” mais sera devenu une maladie sociale, nocive et intouchable, comme le racisme, l’apartheid, la violence conjugale ou la pornographie enfantine.


http://climatecrocks.com/2014/10/01/renewable-energy-prices-drop-50-percent-since-2008/

La dernière étude publiée par le Global Power, Energy & Infrastructure Group, de Lazard Ltd, révèle que les énergies renouvelables (notamment solaire et éolienne) sont de plus en plus compétitives par rapport au charbon et au nucléaire, même sans subventions, lorsqu’elles sont déployées à une échelle comparable.


http://www.sciencedaily.com/releases/2014/10/141008131156.htm

Les sceptiques se moquent facilement de la fusion nucléaire et il est vrai qu’on nous la promet depuis 50 ans. Mais il a fallu attendre les technologies permettant de maîtriser et de maintenir un plasma à 100 millions de degrés. Aujourd’hui les “preuves de principe” ont été fournies et le premier réacteur expérimental, “Iter“, est en construction à St-Paul-lez-Durance, dans le sud-est de la France.

Mais les recherches continuent et le progrès accélère. Des ingénieurs de l’université de Washington ont publié un projet basé sur une nouvelle conception qui pourrait produire de l’énergie dix fois moins chère que celle d’Iter.


http://www.sciencedaily.com/releases/2014/10/141013090449.htm

Des scientifiques de la NTU à Singapore ont développé une nouvelle batterie pouvant être rechargée à 70% en seulement deux minutes et dont la durée de vie sera supérieure à 20 ans. Il s’agit là encore d’une application de la nanotechnologie. L’impact des nouvelles batteries sur le marché des véhicules électriques sera énorme et commencera à se faire sentir à l’horizon de 2 ans.


http://www.sciencedaily.com/releases/2012/01/120119143326.htm

L’ordinateur quantique arrive ! Il se passe beaucoup de choses dans ce domaine. Suivre le lien pour trouver plusieurs articles dont je comprends tout juste assez pour savoir que je n’y comprends rien du tout !


La mauvaise nouvelle, c’est que tout ça ne servira à rien si nous continuons à envoyer de vastes quantités de CO2 dans l’atmos-phère comme si de rien n’était.

D’un côté, l’opinion publique devient de moins en moins tolérante des climatocons, les structures politiques locales et régionales font ce qu’elles peuvent pour faire évoluer la réalité sur le terrain et un véritable fourmillement de recherches scientifiques développe des technologies nouvelles, puissantes et propres. De l’autre, l’industrie des énergies fossiles, agissant avec une mauvaise foi époustouf-lante, revendique le droit de continuer à aggraver le problème.

D’où le double impératif pour la Conférence de Paris : 

  1. Une déclaration de principe : nous ne pouvons pas brûler tout le pétrole, tout le gaz.
  2. Il faut commencer à réduire nos émissions aujourd’hui.

Sinon, c’est fichu.

One thought on “Climat : la bonne nouvelle…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *