Climat : la fonte des calottes glaciaires est bel et bien exponentielle

Les données de CryoSat-2, des centaines de millions de mesures, laissent penser que le taux de fonte de la calotte groenlandaise pour la période 2012-2021 aura doublé par rapport à la décennie précédente.

Par ailleurs, la fonte de glaciers dans l’ouest de l’Antarctique accélère aussi : d’un facteur de trois.

Ensemble, les deux calottes s’allègent de quelque 500 kilomètres cubes par an. C’est le taux le plus élevé qu’on a pu observer depuis le début des mesures d’altimétrie par satellite, il y a environ 20 ans.

Etant donné que le réchauffement global va s’accélérant, on peut raisonnablement supposer que ce taux va encore grimper.

Je ne suis certes pas spécialiste, mais il me semble que ces nouvelles données indiquent une montée du niveau de la mer d’environ 2m, d’ici au milieu du siècle.* Si tel est le cas, nous ne pouvons pas attendre 2020 et le prochain rapport du GIEC pour en avoir la confirmation. 

L’autorité des chiffres du GIEC, basés sur des moyennes par décennie, vient de leur résistance aux anomalies qui peuvent se présenter d’une année à l’autre et ceci est d’une importance capitale. Toutefois, face à un phénomène qui évolue très vite, cette méthode peine à fournir des informations en temps utile.

Aujourd’hui, le graphique du GIEC pour la fonte de la calotte groenlandaise ne comporte que deux points de référence : 34 Gt/an et 210 Gt/an, les moyennes annuelles pour les deux décennies de 1992 à 2011. C’est-à-dire que les données de 20 ans d’observations sont présentées d’une manière qui empêche d’en extrapoler quoi que ce soit. Pour l’Antarctique, il n’y a pas de graphique GIEC. Mais la conférence de Paris en décembre 2015 devra absolument disposer d’informations fiables et convaincantes lui permettant de prendre les décisions radicales qui s’imposent. 

Ceci étant, je me permets de suggérer que le GIEC devrait, de toute urgence, refaire ses calculs sur la base de moyennes annuelles par décennie glissante : 1992-2001, 1993-2002, etc. Cela donnerait un graphique avec 25 points de référence d’ici à décembre 2015, tout en préservant une bonne protection statistique contre les anomalies.

D’après les apparences, les glaces au Nord et au Sud sont en train de fondre beaucoup plus vite que prévu par les modèles. Si c’est le cas, il faut qu’on le sache et demain ne serait pas trop tôt.

* Si ce n’est pire ! Vérifiez mes calculs, si vous le voulez bien, à l’aide de cette feuille Excel. A partir de 2050, le cumul de fonte monte en flèche. A vrai dire, si vous trouviez une erreur significative j’en serais ravi !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *