Groenland, la fonte des glaces et le niveau de la mer

Je retourne au Groenland, ma pensée s’étant affinée depuis mon dernier article à ce sujet. Pendant deux semaines j’ai tourné les chiffres du AR5 dans tous les sens, Excel à l’appui, et je suis d’autant plus convaincu que le GIEC sous-estime la vitesse de fonte et que, de ce fait, ses prévisions pour la montée du niveau de la mer sont complètement à côté de la plaque.

Le Résumé à l’intention des décideurs de l’AR5 (Assessment Report n°5) dit peu sur la fonte des glaces du Groenland. On apprend quand même des choses précises :

  • Entre 1992 et 2001 le Groenland a perdu en moyenne 34 km3 de glace chaque année.
  • Entre 2002 et 2011 le Groenland a perdu en moyenne 215 km3 de glace chaque année.

Il ne faut pas être statisticien pour comprendre que l’on peut lire ces valeurs de deux façons complètement différentes : soit (A) le Groenland semble perdre environ 180 km3 de glace d’une décennie à l’autre ; soit (B) le taux de perte de glace augmente d’une décennie à l’autre d’un facteur de 215÷34=6,32.

Dans le premier cas, la glace du Groenland mettra 15.000 ans pour fondre ; et là, même moi, je reconnais qu’il n’y a pas d’urgence.

Dans le second, toute la glace du Groenland aura fondu d’ici le début des années 2140 ; et ça, ce n’est plus la même histoire, parce que le niveau de la mer sera monté de 7-8m. C’est l’illustration parfaite de la terrible puissance d’une courbe exponentielle.

J’ose affirmer que le scénario A n’a aucune chance de se réaliser. Cela voudrait dire qu’après une forte croissance pendant une période de 20 ans, la fonte se stabiliserait à son niveau actuel, alors que le réchauffement global continue. C’est impensable. C’est pourtant ce que l’AR5 nous dit. La hausse du niveau de la mer serait de 98cm à la fin du 21e siècle, au pire des cas, peut-on lire à la page 18 du Résumé à l’intention des décideurs, et la contribution maximale de la fonte des glaciers y serait de 35% seulement.

Alors, peut-on penser que la réalité tombera entre les deux scénarios A et B ? Peut-être. Mais là aussi les chiffres sont impitoyables. Si le taux d’augmentation de la fonte était diminué à un facteur de 3, nous serions toujours dans une courbe fortement exponentielle et l’échéance serait repoussée d’une trentaine d’années seulement.

Pire, il y a forte à croire que le taux d’augmentation de la fonte, loin de diminuer, va augmenter, et ce pour deux raisons :

  • Par rapport à la moyenne globale, le réchauffement de la région arctique sera supérieur de 2-3°.
  • Dans l’AR5 quand on parle de la fonte de la glace du Groenland, on évoque seulement la fonte de surface, alors que nous savons déjà qu’elle fond de partout : dessus, dessous et dedans.

Tout ceci est inquiétant. Je pensais que ma mort – dans 20 ou 25 ans – m’éviterait de vivre les pires conséquences de notre folie collective. Mais je n’en suis plus très sûr.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *